Nouvelles des Eglises

     

9 mars 2019

 

LE PROCES DU CARDINAL PELL

Un tribunal australien a ordonné mercredi le placement en détention du cardinal George Pell, ancien numéro trois du Vatican, qui a été reconnu coupable de pédophilie. Le prélat de 77 ans, plus haut représentant de l’Église catholique condamné dans une affaire de pédophilie, est demeuré silencieux lors de l'audience devant le Tribunal de Comté de Victoria, à Melbourne, dans le sud du pays.

Après l'annonce de son placement en détention, l'ancien archevêque de Melbourne et Sydney s'est incliné devant le juge et a été emmené sans menotte à l'extérieur de la salle d'audience.

Coupable de viol sur des mineurs de 12 et 13 ans contre deux enfants de choeur alors âgés de 12 et 13 ans en 1996 et 1997 dans la sacristie de la cathédrale de Melbourne, dont Mgr Pell venait d'être nommé archevêque.

Pour des raisons légales, ce verdict n'a pu être annoncé que mardi car les avocats avaient obtenu que son placement en détention, qui aurait dû intervenir en décembre, soit différé car il devait subir d'urgence une double opération des genoux.

Sa défense devait initialement demander à la cour d'appel une nouvelle libération sous caution dans l'attente de son procès en appel. Mais elle y a renoncé en indiquant qu'elle pensait "approprié qu'il attende de connaître sa peine". Une audience en ce sens est prévue le 13 mars.

Peu auparavant, le juge Peter Kidd avait jugé "évidente" la faute du cardinal l'ex-secrétaire pour l’Économie du Saint-Siège. "C'est un crime cruel et honteux", a dit le magistrat. "Il a impliqué un abus de confiance. Il a profité de deux jeunes garçons vulnérables." Avant de rappeler: "Ils avaient été confiés à l’Église." (catho.fides)M

* * * * * *

VENEZUELA – CE QUE LE REGIME VEUT EMPÊCHER

Le régime du président venezuelien Nicolas Maduro veut empêcher par tous les moyens les décisions et l'opposition d’un président dissident, Juan Guaidó, rival du chef de l’Etat socialiste Nicolás Maduro.

Des camions remplis d’aide alimentaire et médicale envoyée par les États-Unis n'ont pu franchir la frontière entre la Colombie et le Venezuela pour être distribués à la population qu’avec difficulté et retard.

. Le gouvernement socialiste, qui nie la situation d’urgence humanitaire décrite pas les opposants,et s’oppose à ces distributions en dénonçant une tentative de Washington de pénétrer sur son territoire.

Le second mandat du président n'est pas reconnu par l'opposition et Jean Gualdo président du Parlement, qui se proclame président en exercice d 'autant que Jean Gualdo est reconnu par les États-Unis, le Canada et plusieurs pays latino-américains.

Après une longue attente de trois mois de stockage à Calcuta en Colombie, créant une véritable famine, l'aide est entrée le 23 février tandis que Maduro fermait la frontière avec le Brésil.

Le président dissident du parlement Gualdo voulait s'appuyer sur les forces gouvernementales de sécurité mais leur désertion se fait attendre, d'autant que Cuba, la Russie et la Chine appuient Nicola Maduro,ses alliés économiques


* * * * * *

L ' ISLAM ET L'EMIGRATION MASSIVE EN ORIENT

Une mise en garde musulmane contre l'émigration massive des chrétiens du Moyen-Orient fait qu'elle viderait la personnalité arabe de sa culture, de son identité et de sa singularité, estime Mohammed El-Sammak, secrétaire général du Comité national libanais pour le dialogue islamo-chrétien et du Sommet spirituel islamique au Liban qui inclut les différentes branches de l’islam libanais.

“En tant qu’Arabe musulman, je ne peux pas vivre pleinement mon identité sans les Arabes chrétiens”, écrit Mohammed El-Sammak dans les colonnes du quotidien francophone “L’Orient--Le Jour”
“Vieux routier” du dialogue entre les religions, il est également membre du conseil d’administration du Centre international du Roi Abdallah ben Abdelaziz pour le dialogue interreligieux et interculturel (KAICIID), une institution basée à Vienne fondée par l’Arabie Saoudite, l’Espagne et l’Autriche, avec le Saint-Siège en tant qu’État observateur

Pour lui la présence chrétienne est indispensable pour les musulmans “Le maintien de la présence des chrétiens dans cette région du monde est indispensable non seulement pour la chrétienté, mais aussi pour l’islam. Il ne concerne pas simplement l’Orient, mais toute la planète”, avait déjà souligné Mohammed El-Sammak dans un exposé au synode des évêques pour le Moyen-Orient. Il ajoutait que “le déclin de cette présence, qu’il soit moral ou numérique, est autant un problème pour les musulmans que pour les chrétiens”.

Il mentionne aussi “l’erreur historique fatale” qui consiste à confondre christianisme et Occident, voire à réduire ce dernier à une image négative héritée des croisades et ravivée par la colonisation et la création de l’État d’Israël.

A ses yeux c'est une situation qui sème l’inquiétude et la souffrance chez les Arabes de diverses religions et dans d’autres communautés ethniques du Moyen-Orient.

Les atteintes à la liberté religieuse concernent l’ensemble de la planète, comme le démontre un rapport publié en juin 2018 par le Pew Research Center.

Cet institut américain de recherche sur la religion et la vie publique basé à Washington, indiquait qu’en 2016, 42 % des 198 pays retenus par l’étude imposaient des restrictions générales élevées ou très élevées à la religion. Ces restrictions étaient soit le résultat d’actes gouvernementaux, soit d’actes hostiles de particuliers ou de groupes sociaux.

“Erreur politique majeure” Mohammed El-Sammak pense qu’une autre “erreur politique majeure” consisterait à penser que le fondamentalisme islamique est destiné à dominer la région, ou que la majorité des musulmans sont fondamentalistes.

“Or ce type d’erreur peut coûter très cher aux chrétiens comme aux musulmans de la région: si les chrétiens la commettent, ils tourneront le dos à toute la région, simplement parce qu’ils ne peuvent supporter de vivre avec des fondamentalistes musulmans.

En anéantissant ainsi le concept de convivialité, une émigration massive des chrétiens d’Orient viderait la personnalité arabe de sa culture, de son identité et de sa singularité”. “

L’instinct naturel d’autodéfense et de conservation devrait donc nous conduire à réagir vite et avec courage, car une telle erreur serait extrêmement difficile à rectifier: quand les chrétiens découvriront leur erreur, il sera trop tard, et les pièces pittoresques de la mosaïque moyen-orientale seront dispersées aux quatre vents. De fait, les chrétiens ont souffert avec les musulmans sous la domination européenne (anglaise et française), sous l’autorité israélienne et sous les régimes arabes tyranniques.

Aujourd’hui, ils partagent avec l’immense majorité des musulmans leur crainte, et leur refus du fondamentalisme islamique!” (cath.ch/orj/be)3333 Fides)(cath.ch)

* * * * * *

COLLABORATION ORTHODOXES ET CATHOLIQUES

La pastorale familiale est un “champ fécond de collaboration” entre les catholiques et les orthodoxes, déclare le Pape en recevant en audience une délégation de l’Apostoliki Diakonia, (la Diaconie Apostolique) de l’Église orthodoxe de Grèce le 25 février 2019 au Vatican.

La Diaconie Apostolique est la maison d’édition officielle de l’Eglise de Grèce et son bras missionnaire. Depuis 1936, cet organisme chargé par le Saint Synode de l’Église orthodoxe de Grèce de faire la promotion de ses activités pastorales, culturelles et éditoriales, a publié des centaines de livres sur la théologie et la tradition chrétiennes, la spiritualité orthodoxe, les études bibliques et des œuvres de fiction pour enfants.

Dans ce travail fructueux entre catholiques et orthodoxes, grande a été a collaboration entre la Diaconie Apostolique et le Conseil pour la promotion de l’unité des chrétiens et elle se poursuit depuis plus de quinze ans, a rappelé le Pape.

“De nombreux projets éducatifs et culturels louables” ont ainsi pu voir le jour, a-t-il souligné.

Pour le Pape, il s’agit d’un bel exemple du travail fructueux que peuvent mettre en œuvre catholiques et orthodoxes,un travail d'aide à “se redécouvrir frères”, a-t-il déclaré, et à ne pas rester prisonniers de ses différences.

Parmi les travaux à mener de concert entre orthodoxes et catholiques – tout en respectant les traditions spirituelles respectives –la pastorale familiale est un champ fécond de collaboration et doit être cultivé “avec passion et urgence”.
" Préserver l’amour face aux mutations très rapides de la société et la fragilité intérieure croissante qui en découle, les responsables catholiques et orthodoxes doivent collaborer, insiste-t-il. Il faut pour cela se tenir auprès des familles chrétiennes pour les aider à “redécouvrir le cadeau du mariage et la beauté de préserver l’amour, qui se renouvelle chaque jour dans un partage patient et sincère et dans le doux pouvoir de la prière”.

A la tête de l’Eglise orthodoxe de Grèce se tient l’archevêque Hiéronyme II d’Athènes. Ce dernier, a rappelé le pape François dans son discours, vient de célébrer le 11ème anniversaire de son intronisation. (cath.ch/be)


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                     

Vous êtes le 38846ème visiteur