Nouvelles des Eglises

     

21 janvier 2019

 

LA SEMAINE DE PRIERE POUR L'UNITE DES CHRETIENS

La Semaine de prière pour l’Unité des chrétiens 2019, qui se déroule du 18 au 25 janvier, a été préparée par les chrétiens d’Indonésie. Le thème choisi pour cette année: « Justice et paix s’embrassent: le chemin d’unité ».

Alternativement, d'une année sur l'autre la commission Foi et Constitution et le Conseil Pontifical pour la Promotion de l’Unité des Chrétiens demandent à un groupe œcuménique local ou national à travers le monde de proposer un thème et de préparer des textes bibliques, des méditations pour chaque jour de la Semaine et une première ébauche de célébration œcuménique.

Cette année, c’est l’Indonésie qui est à l’honneur, c'est-à-dire l'un des plus grands pays d‘Asie du Sud-Est avec plus de 17.000 îles, 1.340 groupes ethniques différents et plus de 740 langues.

Malgré cette grande diversité, ce pays fait preuve d’une extraordinaire unité. Un fragile équilibre aujourd’hui menacé par de graves problèmes comme la corruption et l’injustice. C’est ainsi que la Semaine de prière 2019 a été conçue sur base de deux textes bibliques (Dt 16,11-20 et Ps 85 (84)) comme un chemin d’unité et de pèlerinage vers la justice et la paix avec tous nos frères et sœurs chrétiens du monde entier.

"Justice et Paix se rencontrent et s'embrassent.chrétiens orthodoxes en Europe centrale et orientale ainsi qu’ailleurs dans le monde ont célébré Noël les 6 et 7 janvier. Le secrétaire général du COE, le pasteur Olav Fykse Tveit, le secrétaire général adjoint, le père Ioan Sauca, et S.E. l’archevêque Ivan Jurkovic du Saint-Siège ont assisté à la sainte fête de la Nativité de notre Seigneur Jésus Christ en l’église orthodoxe russe de Genève le 7 janvier dernier.

La liturgie orthodoxe a été menée par le père Mikhail Goundiaev, représentant du patriarcat de Moscou au Conseil œcuménique des Églises et aux organisations internationales à Genève.

Le patriarche Kirill, primat de l’Église orthodoxe russe, a livré un message de Noël le 5 janvier 2019. «Du fond de mon cœur, je vous félicite tous et toutes en cette grande fête de la Nativité de notre Seigneur Jésus Christ qui vient sauver le monde », déclare le patriarche Kirill. " Nos cœurs y trouvent réconfort et sont emplis de gratitude....

* * * * * *

MEDJUGORJE - ACCOMPAGNER LES PELERINS

Le Pape prend soin des millions de fidèles qui se rendent à ce pélerinage et il en a chargé Mgr Henryk Hoser. Après avoir été simple envoyé spécial du pape à Medjugorje en 2017, Mgr Hoser a vu ses compétences étendues en y étant nommé visiteur apostolique.

Le Pape veut que soit accompagnés les fidèles là où ils se réunissent pour trouver “la lumière du salut”. A Medjugorje,en effet des pèlerins du monde entier trouvent la “lumière qui donne sens à la vie”, a ajouté Mgr Hoser. Et ce, indépendamment de la tradition des apparitions supposées.

En mission “exclusivement pastorale” à Medjugorje, Mgr Hoser n'avait pas mission à reconnaître ou non la véracité des apparitions supposées.

Par contre il a fait notamment allusion dans une homélies du 7 juillet à des liens qui existeraient entre les mafias et la gestion des pèlerinages. dans une homélie reprise par le site Vatican Insider, le 10 juillet 2018.

“Il y a certes des conversions massives, des foules énormes qui se confessent, et où les confesseurs ne suffisent pas, a souligné l’archevêque émérite de Varsovie-Praga. Mais il y a aussi des actions démoniaques qui cherchent à tout faire pour ruiner l’endroit“.

Selon le prélat, “les mafias ont déjà envahi“ le lieu de pèlerinage, et notamment la mafia napolitaine. D’après Vatican Insider, Mgr Hoser pourrait se référer à une enquête en cours à Naples, sur des liens supposés entre la Camorra et la gestion de pèlerin

Le Vatican ne s’est jamais prononcé officiellement sur la surnaturalité des événements – la Vierge Marie apparaîtrait depuis juin 1981. Pour le moment, seuls les pèlerinages à titre privé sont autorisés à Medjugorje. (cath.ch/imedia/mp)

* * * * * *

+L'INCIDENCE DES NOUVELLES TECHNIQUES

Dans une lettre à l’Académie pontificale pour la vie, le pape François a invité, mardi 15 janvier, l’institution fondée par Jean-Paul II à se pencher sur la façon dont les nouvelles découvertes scientifiques et techniques ont une incidence sur notre humanité.

Dans ce combat, sa pensée ne se limite pas aux extrémités de la vie et c’est ce qu’il a réaffirmé avec force, mardi 15 janvier, dans une lettre envoyée au président de l’Académie pontificale pour la vie, Mgr Vincenzo Paglia.

Il y insiste sur son engagement pour « la promotion et la protection de la vie humaine tout au long de son déroulement. Il entend que soir mené le combat pour la vie sur de nouveaux fronts. Ainsi, la « bioéthique globale », « avec son ample vision et l’attention à l’impact de l’environnement sur la vie ainsi que la santé », ou encore la « prétention » de « soi-disant droits, de nature arbitraire Il s’agit de comprendre de quelle manière les nouvelles découvertes de la science et de la technique ont une incidence sur notre humanité et d’élaborer des critères d’évaluation qui nous permettent de promouvoir la dignité de toute personne et de toutes les populations qui habitent la planète »,

* * * * * *

+TURQUIE + CONSTRUCTION D'UNE EGLISE LA 1ère DEPUIS 1923

La construction à Istanbul d’une nouvelle église chrétienne sur le territoire de la République de Turquie, la première depuis 1923, débutera à la fin février 2019.

Un prêtre syrien a célèbré la messe de Noël dans le chantier de cette église située à Diyarbakir. Cet édifice destinée à l’Eglise syro-orthodoxe est prévu dans le quartier commercial de Bakirko La nouvelle église se trouvera dans une zone située non loin de l’aéroport international Atatürk et pourra accueillir plus de 700 fidèles. Les travaux de construction devraient durer environ deux ans.

Actuellement, 25 000 chrétiens syriaques vivent en Turquie, concentrés en majorité dans les faubourg seuropéens d’Istanbul, où ils seraient environ 17 000. Nombre d’entre eux résident dans les zones adjacentes proches de la future église.

Il y a là une communauté en pleine croissance en raison de l’arrivée de réfugiés provenant de la Syrie en guerre.

Au cours de ces dernières années, les autorités politiques turques ont envoyé divers signaux aux communautés chrétiennes syriaques, au point que certains observateurs et commentateurs ont pu parler de l’existence d’un « plan turc » visant à faire de la Turquie une nouvelle patrie pour les nombreux chrétiens syriaques résidant en Syrie et en Europe.

* * * * * *

IRAK ++ POLEMIQUES SUR LES EGLISES DE BAGDAD

Le Patriarcat de Babylone des Chaldéens est intervenu à propos des polémiques sur les ventes et démolitions d’églises à Bagdad

Les nouvelles relatives à la vente de deux églises à Bagdad alimentent actuellement des polémiques impliquant les communautés chrétiennes locales, faisant même émerger des contrastes entres les hiérarchies ecclésiastiques et les chrétiens engagés en politique.

Après les manifestations de protestation organisées contre un projet de restructuration urbaine qui impliquerait notamment la démolition de l'église chaldéenne de la Divine Sagesse, sise dans le quartier d'Adhamiya, un nouveau cas controversé concerne la vente potentielle et la démolition d'une église syro catholique du centre de Bagdad, dans les environs du marché Al Shorjh. Selon des nouvelles parues également sur le site Internet ankawa.com, l'édifice de culte en question serait sur le point être vendu et démoli pour faire place à une zone commerciale.

Sur la base de ces indiscrétions, le parlementaire chrétien Immanuel Khoshaba a annoncé que lui et ses collègues, titulaires des cinq sièges parlementaires réservés aux chrétiens, sont déterminés à demander et à lancer une enquête parlementaire sur la vente d'églises et de propriétés chrétiennes tant à Bagdad que dans les autres zones du pays.

L'homme politique chrétien prend à partie le Département pour les dotations religieuses qui s'occupe des propriétés appartenant aux groupes religieux minoritaires, vu que les ventes de ces propriétés peuvent intervenir seulement avec l0'autorisation de cette institution gouvernementale.

L'ancien parlementaire chrétien Joseph Saliwa est intervenu dans le cadre de cette question avec des tons durs, accusant le Département pour les dotations religieuses et les hiérarchies ecclésiastiques être impliqués dans la vente de propriété ayant généré des bénéfices dont la destination finale est demeurée inconnue.

Une note du Patriarcat de Babylone des Chaldéens a répondu aux affirmations dénigrantes de l'ancien parlementaire, qualifiant de honteuses les accusations de comportement mafieux adressées aux ecclésiastiques engagés dans l'aide aux réfugiés, annonçant des actions légales à son encontre. (GV) (Fides )
* * * * * *

PAKISTAN +- POUR COMMEMORER LA RENCONTRE DE FRANCOIS D'ASSISE ET DU SULTAN

C' est dans cet esprit que la Commission nationale pour le Dialogue interreligieux et l’œcuménisme de la Conférence épiscopale du Pakistan a organisé une rencontre pour inaugurer les activités qui, au cours de cette année, rappelleront au Pakistan l’événement intervenu voici huit siècles, à l’enseigne du dialogue entre chrétiens et musulmans.

Mgr Sebastian Shaw OFM, Archevêque de Lahore et Président de la Commission, a présidé la cérémonie qui a eu lieu a Lahore le 12 janvier.

Saint François et le sultan Al-kamil « se sont rangés en faveur de la paix et de la tolérance au milieu d’une atmosphère de guerre et de conflit au cours des croisades. Ils ont donné un exemple de dialogue interreligieux et de compréhension réciproque » a déclaré le Père Nadeem.

Au début de la cérémonie, a été dévoilée une peinture représentant la rencontre entre Saint François d’Assise et le sultan alors que des colombes ont été libérées, symbolisant l’espérance de diffuser le message de paix au Pakistan et en particulier dans les zones affectées par des conflits religieux et politiques.

Le Père Shahzad Khokher OFM Cap. a ensuite présenté le contexte historique et la signification de cette rencontre historique alors que Mgr Shaw a encouragé tous les présents à « être des ambassadeurs de paix, s’inspirant de l’exemple de ces deux grands personnages ».

« J’admire la passion et le courage de Saint François d’Assise qui voulut se rendre chez le sultan en pleine guerre » a-t-il déclaré, réaffirmant que « cet événement nous pousse tous à vivre en paix, dans l’harmonie, la tolérance et la solidarité ».

Le Père Nadeem a annoncé qu’au cours de cette année, l’événement sera célébré dans tout le Pakistan au travers de différentes activités : séminaires pour enfants, jeunes, étudiants, impliquant toujours des chrétiens et des musulmans. « Nous entendons également atteindre les 30% des responsables musulmans qui sont à nos côtés, et désirons les rencontrer pour promouvoir la paix et l’harmonie au Pakistan » a-t-il déclaré. Muhammad Asim Makhdoom, chercheur bien connu parmi les nombreux responsables islamiques présents a indiqué: « Nous promouvrons ensemble la mission de Saint François et du Sultan. Il nous appartient d’affronter ceux qui diffusent la haine et le préjudice entre les religions. Nous devons tous nous engager sérieusement cette année afin de convaincre d’autres personnes à s’unir à ce mouvement qui promeut le dialogue interreligieux, la paix et l’harmonie sociale alors que nous célébrons le VIII° centenaire de cette rencontre historique ».+

 

* * * * * *

ISRAEL + UNE EXPOSITION INSULTANTE A HAIFFA

Les Patriarches et Chefs des Eglises et communautés chrétiennes ont signé et diffusé un communiqué conjoint visant à dénoncer les images provocatrices actuellement présentées dans le cadre d’une exposition près le Musée d’Art d’Haïfa bénéficiant du patronage de la municipalité israélienne locale.

L’œuvre qui a créé le plus de mauvaise humeur et de colère parmi la population chrétienne locale – s’étant exprimée notamment au travers de manifestations ayant culminé en affrontements avec les forces de l’ordre et en tir de pierres et de cocktail molotov contre le musée – représente une reproduction de Ronald McDonald, le clown crucifié sur une croix de bois, comme le Christ.

L’œuvre, sculptée par Janei Leinonen, de nationalité finlandaise, fait partie de l’exposition intitulée « Biens sacrés » du musée, qui s’est ouverte en août.

Dans leur communiqué, les Patriarches et Chefs des Églises et communautés chrétiennes prennent acte du fait que l’exposition avait pour but de critiquer le consumérisme à l’intérieur de la société israélienne mais dénoncent que, dans un tel contexte, aient pu être utilisées des images offensives « des figures et symboles les plus sacrés de la foi chrétienne ».

La « provocation artistique » est qualifiée d’intolérable et il est demandé dans l’immédiat le retrait des œuvres exposées

offensntes à l’encontre de la foi chrétienne. « Le respect des symboles et figures religieuses, tant juifs que chrétiens ou musulmans – indique le communique – devrait être préservé quoiqu’il en soit ».

Les Patriarches et Chefs des Eglises et communautés chrétiennes tiennent également compte du fait que « Israël protège la liberté d’expression et de parole. Toutefois – ajoutent-ils – le caractère de la Terre sainte et la sainteté des trois religions abrahamiques devraient être respectés et révérés.

Et d'ajouter : Un comportement aussi offensif n’aide pas les trois religions dans leur mission de promotion de la tolérance, de la convivialité et de la coexistence entre la population de Terre Sainte et au-delà ».

Dans leur communiqué, les Patriarches et Chefs des Eglises et communautés chrétiennes font par ailleurs appel « la municipalité d’Haïfa et à la gestion du Musée d’Art d’Haïfa afin que soient retirées sans retard toutes les images offensantes pour notre foi et nos traditions chrétiennes.

En outre – concluent-ils – nous nous attendons des excuses formelles de la part de la commune ou des responsables de cette exposition ». (GV) ( Fides)

 

                                     

Vous êtes le 34916ème visiteur