Le poème de Kristo

Retournement …

 

 

«Vieux temps sont accomplis» un changement est proche

Le «bipède» survit mais bien souvent s’accroche

Aux repères connus car c’est plus confortable

Que d’aborder de front … cet «indéfinissable»

 

Dans ce qu’Il annonçait il y a deux mille ans

Cette vraie «mutation» … Est-ce qu’on est dedans ?

Le «tout proche» pour Lui n’était bien sûr le même

Que notre «temps» à nous…ce qui est…le problème

 

«Il faut se convertir» … Cela veut dire quoi ?

Tout quitter d’un seul coup…la famille et l’emploi ?

Pour être différent… dans un vrai changement

En un chamboulement du quotidien présent ?

 

Il faut juste passer du «gain» et de l’«avoir»

A une autre logique inhérente à l’espoir

C’est «penser autrement» en étant dans le monde

Mais «relié» au divin dans une «foi» profonde

 

Qui est «non réfléchie» mais sûre «instantanée»

Avec un «cœur» qui croit en la grâce donnée

Pas de mental bien sûr dans cette mutation

Ils avaient tous suivi … sans aucune question

 

C’est l’«appel» immédiat très fort…sans concession

Qui est irrésistible … en totale … «attraction»

Seuls ceux qui l’ont vécu peuvent en témoigner

Et les autres … «jaloux» … sont là à «pérorer»

 

C’est une «intimité» qui vous tombe dessus

Vraiment «inexplicable» et sûr «inattendue»

Nul n’en connaît le jour…ni l’heure…et c’est tant mieux

La «conversion» … un lien … extra et … mystérieux

 

Marseille le 21 Janvier 2018

Evangile selon Saint Marc (1, 14-20)

oOo

Signes…

Ils sont intéressants tous ces «indicateurs»

Qui provoquent «déclics» en purs commutateurs

«André» en fait partie … ce tout premier disciple

Dont on a peu parlé durant tout le périple

 

Un contexte social pas vraiment très glorieux

L’occupation romaine … un triste religieux

Alors il va le suivre pour changer de «destin»

Plutôt que de pleurer sur le bord du chemin

 

La pierre c’est «Kepha»…un fondement de base

Pour la fraternité qu’Il aimerait en phase

Symbolique est ce mot car tout humain est «pierre»

De cette humanité … chacun … à sa manière

 

Sans désir on ne peut avancer et l’on stagne

Et pas question alors d’escalader montagne

Mais si l’on cherche bien on a certains «poteaux»

Placés sur notre route aux endroits où il faut

 

Cela peut être un mot … un regard ou un signe

Ou même un numéro … un petit œil qui cligne

Une phrase insolite … un geste inopiné

Et en une seconde on se trouve «éclairé»

 

Il fut presqu’anonyme au cours des trois années

Où il suivit le Maître au cours de ses journées

Pourtant il sut gérer en très fin «médiateur»

Dures situations … dans l’intuition du cœur

 

Et nous que cherchons-nous durant notre parcours

A protéger nos vies ? S’abritant dans nos «tours»

Sans «désirs»…sans «passions»…ainsi que des cloportes

Ce n’est pas la vraie vie…il faut «franchir» les portes

 

                                                                               Kristo

Marseille le 14 Janvier 2018

Evangile selon Saint Jean  (1, 35)

* * * * * *

Brave Syméon

Il y a deux mille ans la purification

Devait être accomplie avec grande attention

Le premier mâle né appartenant à Dieu

On devait lui dédier ce bien le plus précieux
 

Ils étaient arrivés unis dans la démarche

Tout à fait consentie au divin «Patriarche»

Dans cette soumission totale … demandée

Par la loi de Moïse … et dûment acceptée

 

C’est dans une unité que les «trois» vont agir

Pas dans une fusion mais en réel désir

D’accomplir pleinement une simple demande

La «non propriété» d’un enfant dans l’offrande

 

Syméon est très fier … il porte dans ses bras

Celui qu’il espérait et qui est enfin là

Pour ce jour…mettre en œuvre…une «libération»

Et le bonheur promis à la pauvre «nation»

 

Sauf que c’est une source de «contradictions»

Aux préceptes en cours … et aux interdictions

Révélant par là même une loi imparfaite

Qui va laisser la foule ébahie … stupéfaite

 

Ainsi que les docteurs qui vont être en colère

Car ils ne «pigent» rien à ce nouveau mystère

Qui met de la distance avec les édifices

Où l’on aimait offrir les «divins sacrifices»

 

Certes les synagogues … les chapelles de pierres

Où on les pratiquait étaient bien meurtrières

Mais par bonheur ce jour on n’est plus dans cela

Dès lors qu’on a compris le message ici bas

 

Kristo

Marseille le 31 Décembre 2017

Evangile selon St Luc (2, 22-40)

oOo

«Incarnation»

 

On ne sait presque rien sur cet évènement

Et pourtant chaque fois on fait «trêve» un moment

Nul ne connaît l’année … ni le mois … ni le jour

Ce qui est important … c’est qu’on fête l’«Amour»

 

La date du vingt-cinq était jour de solstice

La «Lumière» au zénith était vraiment propice

Pour sortir de la «nuit» et quitter les ténèbres

De ces vies «engluées» et tristement funèbres

 

Par cette «Incarnation» … on a alors sur terre

La «parole» et l’«action» que bien trop on «enterre»

Tout au fond de nos cœurs qui portent l’essentiel

Qu’il faut «réactiver» en ces temps de Noël

 

On «surfe» en un «cosmique» absolument divin

Dans une «dimension» qui ne connaît de fin

Sa venue parmi nous était une «première»

Et l’on en parle encore en cette pétaudière !

 

Car on n’existe pas sans l’«Esprit» et le «Verbe»

On n’est qu’un corps sans vie pareil à un brin d’herbe

Seul le magique «espoir» peut «propulser» nos rêves

Dans le choix d’un «Possible» où l’Homme se relève

 

L’Esprit de cet «Ailleurs» il faut le retrouver

Pour sortir du «trou noir» et nous réaliser

Dans une intelligente «ouverture du cœur»

Où «joie» et «harmonie» sont là…en manageur

 

Peu importe la date … Peu importe l’endroit

Ce que l’on doit surtout c’est faire les bons choix

Etre «Semeur de Paix» … Etre «Porteur de sens»

Etre un «fol éveilleur» en ces temps d’indolence

 

Kristo

Marseille le 25 Décembre 2017

Evangile selon Saint Jean (1, 1-18)

o o o o o o o o o o o o

Fils de …

Issu du «Créateur» … il s’appellera Jean

Et non pas Zacharie … ce qui est surprenant

Sa mère Elisabeth … cousine de Marie

Vient d’«engendrer» un fils suivant la prophétie

 

Oh quel remue-ménage autour de cet enfant

Chacun voudrait savoir pourquoi il «remue» tant

Chacun veut le nommer … avoir le dernier mot

On est bien dans l’humain et dans un vrai chaos

 

Il était annoncé dans l’Ancien Testament

En «Prophète complet» … évangéliquement

Si l’on traduit son nom c’est un «Dieu qui fait grâce»

En la femme stérile et dans la pure «audace»

 

On l’avait consacré et choisi pour «guider»

Les peuples de son Temps et surtout «présenter»

Un message très clair … qui était d’«annoncer»

Qu’«offrir» et «recevoir» c’est en cela «aimer»

 

Evidemment sa fête …  au Solstice d’été

Est dans la symbolique … en un jour étoilé

La nuit a raccourci … le jour s’est allongé

Et la «Lumière» est là dans sa pleine clarté

 

La naissance de Jean nous rappelle bien sûr

Que tout est compliqué sous ce beau ciel d’azur

Et que le pauvre humain et ses instincts primaires

Doit souvent faire face aux sombres adversaires

 

Tout comme Jean-Baptiste on est tous appelés

A prêcher «Temps nouveaux»…d’autres «identités»

Coincés entre deux eaux … le passé … l’avenir

Dans la dure avancée d’un monde en devenir

 

                                                                               Kristo

Marseille le 24 Décembre 2017

Evangile selon Luc (1, 67-79)

Vous êtes le 1957ème visiteur